Recherche :  
Accueil  Livres  Auteurs  Editeurs  Liens  A propos

Trois fois rien - One-shot

Fiche Technique

Editeur : Les Requins Marteaux
Collection : La Salle de Bain

Date de publication : mars 2006
ISBN : 2-84961-050-X
Prix : 35,00 €
Noir et blanc

Auteurs
MRZYK Petra, Scénariste
MORICEAU Jean-François, Illustrateur
Résumé

Les dessins de ces deux artistes sont drôles, bizarres, grinçants, déviants et délirants. D'une extravagance jubilatoire, ils projettent un regard décalé, résolument pop et surréaliste sur le monde réel tel qu'il s'affiche.
(Source éditeur).

Description

Les titres modestes sont souvent trompeurs. Dans le show business, Les Nuls ne l'étaient pas, Les Inconnus ne le sont pas restés longtemps. Trois fois rien, de Petra Mrzyk et Jean-François Moriceau ne fait pas exception à la règle : l'ouvrage n'est pas négligeable, ne serait-ce que par ses caractéristiques physiques (plus de 300 pages) et son coût (35 euros). Edité par Les requins marteaux, il s'agit d'un recueil de dessins, servant également de catalogue à l'exposition "Bon baisers de Russie"(*) qui se déroula de janvier à mars 2006 dans une galerie lyonnaise, La salle de bains, coéditrice de l'ouvrage.
Les dessins de Mrzyk et Moriceau, un par page ou double page, sont dans le registre de l'absurde, du délirant, du saugrenu, parfois même de l'incongru. Quelques exemples au hasard : dans la plus pure ambiance Western, un grille-pain éjecte deux toasts. L'un, armé d'un revolver, abat son collègue d'une balle en plein... toast. Ailleurs, des tyrannosaures et vélociraptors tout droit sortis de Jurassic Park prennent le thé (ce qui laisse supposer que la tradition du Five O'clock est plus ancienne qu'on ne le pense). Parmi les figures récurrentes du livre, des tableaux dotés de bras et de jambes s'amusent de différentes façons, sauf dans un dessin où ils se cachent d'un homme armé d'un marteau et d'une caisse à outils. L'art ne serait libre et ludique que s'il échappe à l'Exposition ? Contrairement à un recueil de dessins de presse ou d'humour, tout ne se prête pas à l'interprétation, soit parce que ce n'est pas le but, soit parce que l'idée de départ des deux artistes s'appuie sur une publicité, ou un film, qui échappe au lecteur. Reste que sur la quantité... on s'y retrouve forcément.

---
* Petra Mrzyk et Jean-François Moriceau empruntent généralement à James Bond les titres de ses films pour nommer leurs expositions. Comme ils exposent plus souvent que la filière cinéma ne produit un nouveau "007", toute la question est de savoir vers quoi ils se tourneront quand le gisement sera épuisé !

Pour aller plus loin
Recherchez cette oeuvre chez nos partenaires pour en découvrir plus ou l'acquérir :

Amazon    

Fiche créée par Jérôme Briot le 13/11/2006

Copyright © 2004-2011 Les Belettes Déménagent
http://clairdebulle.com
Membre du réseau metaSapiens : metaSapiens | Emplois .NET et Java | Fabrice's weblog | Outils .NET | Outils Java | Outils Dynamics AX | Tuneo | Livre LINQ | MapShares | Clair de Bulle
hot newstransatlantys