Recherche :  
Accueil  Livres  Auteurs  Editeurs  Liens  A propos

Pop gun war - One-shot

Fiche Technique

Editeur : Kymera
Collection :

Date de publication : octobre 2005
ISBN : 2-9523169-5-5
Prix : 12,00 €
Noir et blanc

Auteurs
DALRYMPLE Farel, Scénariste/Illustrateur
Résumé
Suivant les pérégrinations d'un casting de personnages surréels, comprenant entre autres un nain qui peut devenir géant et un jeune garçon dot d'une paire d'ailes, Pop Gun War représente à la fois une réflexion sur l'amitié et l'aliénation ainsi qu'une déclaration d'amour à la ville qu'habite Farel Dalrymple, New York en l'occurence.
(Source éditeur).
Description
Cela débute par une introduction d'Ann Nocenti (que je n'ai pas lu) et cela se termine par une présentation de l'auteur (que je n'ai pas lu), entre les deux il y a une histoire au titre énigmatique ; Pop gun war (que j'ai lu). En refermant le livre j'ai lu aussi la quatrième, fort élogieuse, signé par Craig Thompson et son excellence Frank Miller. Farel Dalrymple pour ceux qui ne l'aurait pas compris est plus encore qu'un espoir, il a été adoubé comme étant un grand de la bande dessinée. Certes Farel a d'emblé un univers, cependant il lui manque ce qui le différencie d'un Franck Miller ou d'un Will Eisner : l'Oeuvre. L'oeuvre : c'est le style, l'écriture, la récurrence de thèmes, la poursuite, l'approfondissement de son univers, mais surtout de son moyen d'expression. Farel a du talent, non, Farel a un don, c'est justement le propos de Pop gun war, le personnage, plutôt son double apparaît sous les traits de Mlle Emily, une chanteuse de grand talent, qui malgré son jeune âge se produit avec des musiciens plus âgés dans des salles de concerts. Elle est tellement douée qu'on lui propose des ponts d'or, pour signer dans des maisons de disques, ce qu'elle refuse... Pourtant Emily n'est pas le personnage principal. Elle est en arrière plan, c'est son jeune frère Sinclair, qui en est le protagoniste premier... mais avant tout il faut parler de la ville.
Les premières pages de l'album donnent à voir le plan d'une ville, qui ressemble étrangement à New York, mais un New York ou Central Park a le nom de Gilpin Park, ou il y a un château Kramazov, une décharge qui a pour nom : décharge du Vilain Garçon, ou les récifs s'intitulent : récifs de la Sirène...C'est un bréviaire de poésie digne de Kurt Schwitters.
C'est une ville, qui a pour nom : Ville. La ville est habitée par des personnages loufoques. Des habitants que rien n'étonnent ; les poissons portent des lunettes, les nains grandissent, les voitures n'avancent pas. Mais surtout la ville est une ville où tous ses habitants ont un don. La ville est une ville où il suffit de désirer quelque chose pour aussitôt l'obtenir. Comme ce petit garçon Sinclair qui veut voler, pour ce faire selon lui, il a besoin d'ailes. Aussitôt un homme qui en a assez des siennes, se les arrache, Sinclair s'en empare. A partir de cet évènement nous suivons l'élévation de Sinclair dans sa nouvelle vie, pleine de péripéties et de bouleversements. Cependant ce qui fait défaut à ce livre c'est la cohésion de l'ensemble... La ville et ses habitants, ne sont qu'une accumulation d'astuces, un truc + un truc = des trucs. Des effets, des personnages plus inouïs les uns que les autres, par exemple, un homme qui met des post-it partout, un homme qui a besoin de tout étiqueter, sur son jean il y a un post-it "jean", sur la table il y a un post-it "table", sur le plafond un post- it "plafond".
Dalrymple a des idées, il fait montre d'une grande imagination, toutefois, il demeure sur le pas de la porte, il ne fait que les évoquer. Chacun de ses personnages mériterait une histoire à part entière. C'est ce qu'a réussit Daniel Clowes (leurs univers sont très proche, sorte d'absurde malsain) dans Comme Un Gant De Velours Pris Dans La Fonte. Mais aussi Thomas Ott dans Dead End, je pense à cet auteur à cause de l'histoire du nain.
Nous vivons dans une époque qui a besoin d'idole (d'icône), avant il fallait la cohérence d'un parcours, une exigence et une intégrité à toute épreuve, mais surtout une oeuvre, la singularité d'une oeuvre. Avec Dalrymple, nous avons les éloges, c'est déjà ça.
Pour aller plus loin
Recherchez cette oeuvre chez nos partenaires pour en découvrir plus ou l'acquérir :

Amazon    

Fiche créée par Mamadou Mahmoud N' Dongo le 28/03/2006

Copyright © 2004-2011 Les Belettes Déménagent
http://clairdebulle.com
Membre du réseau metaSapiens : metaSapiens | Emplois .NET et Java | Fabrice's weblog | Outils .NET | Outils Java | Outils Dynamics AX | Tuneo | Livre LINQ | MapShares | Clair de Bulle
hot newstransatlantys