Recherche :  
Accueil  Livres  Auteurs  Editeurs  Liens  A propos

La Batavia du Maréchal - One-shot

Fiche Technique

Editeur : FLBLB éditions
Collection :

Date de publication : septembre 2006
ISBN : 2-914553-47-1
Prix : 12,00 €
Noir et blanc

Auteurs
FASTIER Yann, Scénariste
GUILLEROT Marc, Illustrateur
Résumé
...
Description

Quand du texte et des images sont juxtaposés, inévitablement le lecteur cherche une relation logique entre les deux. Comme si l'image devait forcément être une illustration du texte, ou le texte un discours sur le dessin. En mettant face à face cinquante textes et cinquante images, soit cent oeuvres plénières et indépendantes, La batavia du maréchal prend donc le lecteur à rebrousse-poil.
Parcourir ce livre est l'équivalent artistique d'un entraînement sportif : il s'agit d'être en alternance lecteur puis spectateur, puis lecteur, puis spectateur... à un rythme effréné ! Reste un choix plus tranquille, consistant à butiner ici ou là, en s'en remettant au hasard, en prenant son temps, en y revenant à plusieurs fois.
En revanche, s'il est bien un point sur lequel les textes de Marc Guillerot et les dessins de Yann Fastier se rejoignent, c'est dans leur étrangeté, leur poésie, leur jeu d'absurde et d'insolite. Et voilà que naît un paradoxe assez savoureux : ce sont les textes (côté gauche) qui enflamment l'imaginaire, tandis que les images (côté droit) nous poussent, pour les interpréter, à inventer des histoires...
Extraits choisis :
« Pamela moisissait dans sa soupente depuis pas mal d'ampoules et ne croyait plus aux rideaux » semble avoir été écrit selon la méthode consistant à remplacer les verbes et noms les plus importants, par d'autres, trouvés à proximité dans le dictionnaire...
Une phrase comme « Parler "sommaire" réveille parfois des sources d'eau salée » pourrait elle aussi être le fruit d'une transformation consistant, par exemple, à remplacer des mots par des expressions métaphoriques à peu près équivalentes, quoique légèrement décalées.
Mais tout ne repose pas sur des constructions oulipiennes dans les écrits de Guillerot. Certains textes sont simplement drôles, jouant sur une banalité apparente, pour mieux surprendre. Comme par exemple : « La première fois que j'ai vu René, il était assis. La deuxième fois que j'ai vu René, il était debout. Je n'ai vu René que deux fois ».

En face de cette page, ce dessin très vernien : un galion englouti, un sous-marin, un monstre à demi mécanique… Ou peut-être est-ce tout à fait autre chose. A vous de voir.

Pour aller plus loin
Recherchez cette oeuvre chez nos partenaires pour en découvrir plus ou l'acquérir :

Amazon    

Fiche créée par Jérôme Briot le 03/10/2006

Copyright © 2004-2011 Les Belettes Déménagent
http://clairdebulle.com
Membre du réseau metaSapiens : metaSapiens | Emplois .NET et Java | Fabrice's weblog | Outils .NET | Outils Java | Outils Dynamics AX | Tuneo | Livre LINQ | MapShares | Clair de Bulle
hot newstransatlantys